Trop penser

bruce-lee-quote-if-you-spend-too-much-time-thinking

« If you spend too much time thinking about a thing, you’ll never get it done. » —Bruce Lee

(Traduction FR : Si vous passez trop de temps à penser à quelque chose, vous ne le ferez jamais.)

 

Vous arrive-t-il de penser à un sujet précis pendant quelques temps, voir même un bon bout de temps ?

Remuer le tout dans votre tête plusieurs fois ? Évaluer les divers scénarios possibles, comparer les options qui s’offrent à nous, réfléchir au meilleur chemin pour arriver à ses buts et penser aux difficultés potentielles qui seront rencontrées ?

Laissez-moi deviner la réponse : Oui. Il est fort probable que nous soyons tous coupables d’overthinking (trop penser / réfléchir) par moments et ce, que nous nous en rendions compte ou non.

Creusons plus loin. Le fait de trop penser à un sujet peut même nous amener à ressentir des émotions négatives : ressentir du stress & de l’inconfort, avoir peur & même être découragé.

Même si nous sommes tous d’accord que les émotions négatives ne sont pas toujours très « le fun » à vivre, un danger bien réel triomphe sur tous ceux-ci : l’inertie.

Quand l’idée surgit dans vos pensées (souvent à un moment inopportun d’ailleurs), vous arrive-t-il de vous dire que vous allez vous en occuper un peu plus tard ?

Le temps passe. L’idée revient vous hanter. Vous y penser un peu plus, puis décidez (inconsciemment) de la mettre de côté et de vous y afférer plus tard.

Le temps passe toujours. Hop ! La même idée revient, encore et encore. Vous pensez à ce qu’il faudrait bien faire pour faire avancer le tout, ressentez de l’inconfort, puis passez à autre chose.

Voici quelques dangers de passer trop de temps à réfléchir aux mêmes choses :

Le danger #1 : Vient inévitablement le moment où vous avez trop attendu. Il est trop tard pour agir. Vous avez passé à côté de votre chance. Too bad.

Le danger #2 : Vous finissez par agir, mais il est trop tard quand vous le faites. Vous écopez de pénalités, vous vous sentez toujours aussi mal et peut-être cela durera pendant encore longtemps.

Le danger #3 : Puisqu’il loge à même vos pensées, le problème auquel vous pensez depuis un moment reste au stade de problème. Vous ne réglez jamais la situation et elle vous hante continuellement.

Le danger #4 : Puisque perdu dans vos pensées, vous ne vivez pas le moment présent. Vous êtes dans le passé, dans le futur, ailleurs, mais certainement pas dans l’ici et maintenant, le seul moment dans lequel nous pouvons réellement agir et changer les choses.

Le danger #5 : Trop penser à une idée ou un problème commence à vous faire douter de vous-mêmes.

Au-delà de ces 5 dangers potentiels à trop penser & trop réfléchir, le pire de tous est celui-ci :

Quand vous pensez trop, vous ne faites rien de concret pour améliorer la situation et, par conséquent, vous vous assurez que cette pensée reviendra cogner à la porte dans un futur rapproché.

Le vrai problème derrière tout ça, c’est qu’une idée qui revient tout le temps de nos pensées est bien souvent mal définie, ou paraît plus grosse, complexe et intimidante qu’elle ne l’est réellement. C’est difficile de voir par où commencer, alors on remet systématiquement (une prochaine séance d’inquiétude) à plus tard.

Peut-être avez-vous l’impression que le dossier « progresse » (dans votre tête), mais ce n’est qu’une illusion, je vous l’assure.

Pour que la situation s’améliore réellement et pour que les choses avancent / progressent, ça prend principalement 2 choses :

  1. Identifier quelle est la TOUTE PREMIÈRE action à prendre pour faire concrétiser l’idée ou solutionner le problème.
  2. La faire sur-le-champ*.

*Si vous ne pouvez vraiment pas agir sur-le-champ (c’est possible), inscrivez la toute première action à prendre sur un bout de papier, ou notez-là dans votre calendrier, etc. Sortez la toute première action à prendre de votre tête et VITE ! 

Voici un exemple concret du problème, appliqué aux finances personnelles :

  • Une personne X, appelons-là LINDA, sait très bien qu’elle doit mettre de l’argent de côté en vue de la retraite. Elle y pense à l’occasion, desfois par elle-même, desfois lorsque le sujet est amené sur la table par la télévision ou une discussion près d’elle. Lorsque l’idée surgit, elle se dit qu’elle devrait bien s’y pencher une fois pour toute. Comme elle est confortablement assise dans son divan, elle se dit qu’elle va regarder ça bientôt, comme par exemple dès qu’elle a un petit lousse d’argent.
  • Le temps passe, comme lui seul sait si bien le faire. En fait, une année complète se passe. Linda a-t-elle enfin commencé à mettre de l’argent de côté en vue de sa retraite ? Je peux estimer avec 95% de certitude que non, rien n’a changé, même si le sujet a probablement bien « avancé » dans sa tête (selon elle). Je peux également estimer avec 95% de certitude qu’elle y a pensé très souvent au cours de ce dernier 12 mois, en attendant les circonstances idéales, voir parfaites, avant de commencer à le faire.
  • Finalement, PLUSIEURS années passent lorsque LINDA commence enfin à mettre de l’argent de côté en vue de sa retraite. Elle a désormais 40 ans et n’a plus autant de temps devant elle pour faire grossir ses investissements sur le long-terme. Elle s’en veut d’avoir attendu aussi longtemps, car finalement, c’était vraiment tout simple de commencer à le faire. La vraie difficulté, c’était de réussir à triompher ses pensées récurrentes teintées d’inaction.

Est-ce que l’idée de trop penser à quelque chose vous paraît encore alléchante ?

P.S. : Une chance que je n’ai pas trop réfléchi longtemps avant de vous présenter ce concept sous forme d’un nouvel article de Mes Finances Perso, sans quoi vous n’auriez jamais pu le lire !

– Uriel :)

Voir le positif dans le négatif

Source : http://creativeartworksblog.files.wordpress.com/ « Good habits are hard to develop but easy to live with; bad habits are easy to develop but hard to live with. » ― Brian Tracy

Traduction FR : Les bonnes habitudes sont dures à développer, mais il est facile de vivre avec elles. En revanche, les mauvaises habitudes sont faciles à développer, mais difficiles à vivre avec.

 

Je suis un éternel optimiste qui s’assume pleinement

 

Pour devenir optimiste, j’ai du développer et intégrer à mon quotidien 4 grandes familles de compétences :

  1. Être flexible pour une plus grande ouverture d’esprit
  2. Être créatif pour penser en termes de solutions plutôt qu’en termes de problèmes
  3. Être zen afin de trouver la paix intérieure et le sentiment de bien-être
  4. Être enthousiasmé par les possibilités excitantes de son futur tout en me rappelant qu’il n’y a que le moment présent pour y arriver

Lire le reste de cet article »

Comment accomplir l’impossible

Comment accomplir l'impossible
Notre cerveau est particulièrement doué pour réussir à nous convaincre rapidement qu’il sera difficile, voir même impossible par moments, d’accomplir certaines des idées qui nous tiennent le plus à cœur.
Exemples de choses en apparence difficiles :
  • Faire des choix santé en matière de nutrition, jour après jour, repas après repas
  • Mettre un % de côté de notre argent de côté en épargne et, conséquemment, se priver un peu plus aujourd’hui en prévision du futur.
  • Sortir de son confort pour aller faire de l’exercice
  • Trouver la « meilleure » opportunité d’investissement à faire avec notre argent
  • Réussir à lancer notre produit ou projet en lequel nous croyons
    • Citation reliée : “The last 10% it takes to launch something takes as much energy as the first 90%.” —Rob Kalin, Etsy founder
  • Savoir où commencer ou comment s’y prendre pour réaliser les idées que notre intuition nous signale comme étant bonnes pour nous
  • Faire « push-ups » ou des « sit-ups » à tous les matins
  • Écouter attentivement une critique qui nous est faite. Même si ça fait mal à entendre, ne pas bouillonner, ni argumenter, sachant qu’on est pratiquement toujours mieux de rester calme et de connaître la vérité
  • Prendre le temps de déconnecter (pour vrai, à 100%) de tout appareil électronique pendant quelques temps, le temps de laisser notre cerveau respirer et se reposer. C’est un peu ironique de dire cela, puisque je suis à l’ordi pour vous écrire ceci, mais sachez que l’idée derrière cet article m’est venue alors que  j’étais sur le bord de l’eau, tranquille dans un petit parc… (voir image ci-dessous)).

Lire le reste de cet article »

Motivation au Travail : Le Guide Complet

Motivation au travail

Traduction FR : MOTIVATION. Ce n’est pas que je suis lâche, c’est plutôt que je m’en fous.

Le cadran sonne.

« ¿ Qué pasa ? » Dites-vous d’un air un peu confus.

Eh non, vous ne rêvez pas : le week-end est déjà terminé et c’est bel et bien le matin d’un jour de semaine. Votre cerveau, encore un peu embrouillé, vous envoie le message qu’il faudrait bien se lever pour aller au boulot….

… Dans 5-10 minutes ?

« Ouais, bonne idée cerveau. Allons-y avec un p’tit snooze sans penser davantage, ça c’est facile. »

Le cadran sonne de nouveau quelques minutes plus tard…

« Pourquoi pas un deuxième snooze sans réfléchir ? Nous pouvons reporter à plus tard cette première décision (importante) de la journée. »

Lorsque vous vous sentez fins prêts à vous lever, plus souvent qu’autrement par l’obligation imposée par cette routine, vous sortez de peine et de misère du lit.

Le « grumpy cat » en vous bronche un peu et vous vous rendez rapidement compte de toute la fatigue que vous avez d’accumulée. Sortir du lit a été une épreuve en soi.

Grumpy Cat (source : freeallimages.com/grumpy-cat-no/)

Quel jour on est ? Ah oui, lundi… Merde. Snooze ? Ouais, bonne idée. Ça ne fera pas de mal à personne. N’est-ce pas ? N’est-ce pas ?? Merde.

La journée est loin d’avoir commencé en force et, mauvaise nouvelle pour vous, elle est loin d’être terminée. Vous finissez pas rentrer au bureau « de reculons », pratiquement par obligation.

Puisque le travail occupe la majeure partie des meilleures heures actives de nos journées, il peut s’avérer utile de s’arrêter pour prendre le temps de se demander : Ai-je un travail qui me motive ?

  • Auriez-vous par hasard accepté une « job correcte » que vous traînez maintenant depuis un bon moment, probablement par habitude ?
  • Votre emploi est-il, aux yeux de votre entourage, une vraie « job de rêve », mais selon vous, elle ne l’est peut-être pas tant que ça ?

Le manque de motivation par rapport au travail est un phénomène bien réel qui touche, à un moment ou un autre, un très grand nombre de personnes.

C’est pour ces personnes que j’ai rédigé le présent article sur la motivation au travail. Mon but est de nous aider, dans un premier temps, à mieux comprendre ce phénomène. Puis, dans un deuxième temps, d’apporter stratégies, trucs, conseils et citations pour vous aider à retrouver sa motivation au travail !

Ça vous dit ? Allons-y. Lire le reste de cet article »

Au-delà de l’argent

[18h30, soir d’été au Québec, sur l’autoroute 20, armé d’un laptop et d’une envie immense de vous écrire…]

Moment d’introspection… 

Il fait beau, il fait chaud… Le vent est bon sur mon visage et me rappelle qu’il est bon d’être en vie par les temps qui courent.

Une sensation à la fois puissante et calmante se fait ressentir à l’intérieur de moi… celle de la paix d’esprit. Dit autrement, je pourrais même dire qu’il s’agit tout simplement d’un bien-être profond. Je suis en train de réaliser que j’apprécie outre mesure ma nouvelle vie d’entrepreneur et les éléments qui la composent, ce qui m’amène à être vraiment très, très souvent heureux.

Voilà maintenant 10 mois que j’ai quitté le marché du travail pour me lancer dans la création d’une entreprise, me permettant ainsi de m’investir à temps plein sur mon site d’idées cadeaux avec mon partenaire en or, Matthieu.

Lire le reste de cet article »